Pour celui qui la connaît, la nature est un véritable supermarché.

Les plantes sauvages comestibles et médicinales se comptent par centaines.

Mais pour pouvoir bénéficier de tous ces bienfaits, il y a des erreurs à ne surtout pas faire.

Certaines de ces erreurs peuvent abîmer la nature.

D’autres peuvent te tuer.

Voici les 10 erreurs les plus courantes en cueillette sauvage.

 

Erreur 1 : Croire que tout est comestible

J’ai déjà vu quelqu’un goûter une plante au hasard et me dire, quand je lui ai demandé s’il l’avait identifié, “ben quoi c’est naturel, je ne risque rien”.

La nature n’est pas inoffensive. La nature n’est pas que ton amie. La nature c’est… la nature.

Certaines plantes sont médicinales et peuvent te sauver la vie.

D’autres sont toxiques et peuvent te tuer.

Les plantes sont remplies de principes actifs, ne les prend pas à la légère !

Surtout dans une situation de survie où ton organisme risque d’être affaibli.

 

Erreur 2 : Tout manger d’un coup

La première fois que tu manges une plante comestible, je te conseille de n’en consommer qu’une petite partie.

Même si tu es sûr de l’avoir bien identifiée.

Nous avons tous des organismes et des allergies différents.

Mieux vaut être sûr que ton organisme supporte bien la plante avant d’en faire un repas complet.

 

Erreur 3 : Manger un peu de tout

La première fois que j’ai fait une sortie pour trouver des plantes comestibles, j’en ai identifié 5 ou 6 et j’ai mangé un peu de chacune.

Sur le moment tout s’est bien passé, mais le soir je me suis retrouvé avec des sueurs, des palpitations cardiaques et un gros mal de ventre…

Pendant quelques heures j’ai hésité à me rendre aux urgences, mais je ne voulais pas les embêter pour une connerie de ma part et c’est finalement passé.

C’est avec ce genre d’expérience qu’on apprend.

Le problème c’est que j’avais mangé un peu de tout. J’étais donc incapable d’identifier la plante qui m’avait causé ça.

 

Erreur 4 : Tout récolter

Quand on cherche des plantes sauvages comestibles, on tombe souvent sur des endroits où poussent des plantes de même espèce en grande quantité.

C’est tentant de tout récolter d’un coup.

Mais c’est le meilleur moyen d’abîmer la nature.

Pour que les plantes puissent se régénérer sans trop de difficultés, il ne faut en récolter qu’entre 25 % et 50 %.

C’est une cueillette responsable, et l’année prochaine, tu pourras revenir pour les cueillir à nouveau.

Attention également à ne pas récolter un individu isolé : laisse-lui sa chance, l’année prochaine il y en aura peut-être une dizaine. Là, tu pourras en récolter.

 

Erreur 5 : Confondre deux plantes

C’est la principale cause de mort due aux plantes sauvages comestibles.

Si tu as un doute, il n’y a pas de doute.

Ne récolte et ne consomme une plante que si tu es ABSOLUMENT certain qu’elle soit comestible.

Pour limiter les risques si tu débutes, commence par les plantes comestibles qui n’ont pas de cousine toxique.

 

Erreur 6 : Cueillir par brassées

Face à une grande quantité de plantes de même espèce, c’est tentant de tout cueillir par brassée ou par poignée pour aller plus vite.

Mais c’est le meilleur moyen de cueillir une plante toxique en même temps.

Mieux vaut prendre le temps de cueillir les plantes une par une.

 

Erreur 7 : Récolter n’importe où

Je ne récolte jamais de plantes en ville, ou même dans un parc.

C’est dégueulasse, il y a des voitures qui passent juste à côté et des chiens qui font leur promenade.

Les plantes sauvages comestibles doivent être récoltées dans un endroit le plus éloigné possible des activités humaines.

Il faut également faire attention à l’historique du terrain sur lequel tu te trouves. Tu peux être en forêt, mais sur une ancienne décharge ou un terrain industriel.

 

Erreur 8 : Ne rechercher qu’une plante

C’est l’erreur que font souvent les débutants, ils ne partent à la recherche que d’une seule plante et finissent par rentrer chez eux sans l’avoir trouvée.

Pourtant, ils sont passés à côté d’une dizaine d’autres plantes sauvages comestibles.

Si tu débutes, commence tout de suite par apprendre environ 5 plantes.

 

Erreur 9 : Vouloir connaître toutes les plantes

Dans une optique de survie, ça ne sert à rien de vouloir connaître toutes les plantes comestibles.

Il y en a tellement que c’est le meilleur moyen de les confondre entre elles et de se tromper le jour venu.

Mieux vaut te concentrer sur 5 à 15 plantes de ta région, mais les connaître par cœur.

 

Erreur 10 : Ne pas tenir compte du cycle de vie des plantes

La plupart des plantes sauvages comestibles sont des plantes annuelles.

Cela veut dire qu’elles ont un cycle de vie de quelques mois, avant de disparaître et de réapparaître l’année suivante.

Certaines plantes sont comestibles en début de cycle, d’autres en fin de cycle.

Pour profiter de tous leurs bienfaits, renseigne-toi sur le cycle de chacune des plantes et identifie le meilleur moment pour les cueillir.

 

5 plantes sauvages comestibles indispensables en survie

Connaître les erreurs qu’il ne faut pas faire c’est bien.

Mais connaître les plantes comestibles les plus facilement identifiables c’est mieux.

J’ai écrit un guide PDF sur le sujet “5 plantes sauvages comestibles indispensables en survie”.

Tu y trouveras 5 plantes comestibles faciles à identifier pour une cueillette sans risque.

Clique sur le bouton ci-dessous pour le télécharger :

Tu as des erreurs ou des astuces à partager ?

Écris-les dans les commentaires de l’article.

 

Prépare-toi !

 

Antoine

Apprendre Préparer Survivre

2 Comments

  1. LongueAttente

    21 novembre 2020 at 11 h 35 min

    Bonjour à toutes et à tous, perso, nous avons pris une formation pour ne pas faire de bêtises en étant tout seuls :
    https://www.lechemindelanature.com
    Nous, c’est à dire Madame et moi, notre fils n’accrochant point.

    Malheureusement pour nous, la partie pratique de cette formation ne peux pas se faire en ce moment (covid oblige), même si la partie théorique, sous la forme de fiches, vidéo, lecture est bien fournie, cela ne remplace pas le terrain.
    Allez voir leur chaine youtube pour vous faire une idée…

    1. Antoine

      23 novembre 2020 at 11 h 24 min

      Salut,
      Je n’ai eu que de bons retours sur leurs formations, mais je n’ai pas encore testé, il faudrait que j’y aille.

Leave a Reply