Poêles à bois : 4 astuces et 3 erreurs à ne pas commettre

J’ai eu d’excellents retours sur mes deux dernières lettres sur les poêles et les cuisinières à bois.

Ça fait plaisir de voir autant d’intérêt pour ces systèmes anciens, mais qui restent parmi les plus efficaces !

Du coup, je me lance dans une 3eme article sur le sujet, mais cette fois-ci pour partager :

  • 4 astuces pour optimiser l’utilisation de tes poêles à bois ;
  • 3 erreurs à ne surtout PAS faire.

Astuce 1 : Le ventilateur thermique pour diffuser la chaleur des poêles à bois

S’il n’y a pas de courants d’air, la chaleur des poêles peut avoir du mal à se diffuser, surtout dans les grandes pièces (elle risque de stagner autour du poêle).

Un bon moyen de faciliter la circulation de l’air, et donc de la chaleur, c’est d’utiliser un ventilateur thermique.

Ventilateur thermique

Ce que j’adore avec ces petits ventilateurs, c’est qu’ils sont très résilients.

Pas besoin de branchement électrique ou de batterie, ils fonctionnent uniquement grâce à la chaleur produite par ton poêle (plus précisément le différentiel de température entre le poêle et la pièce).

Ventilateur thermique découpe

La plaque thermique transforme la différence de chaleur en électricité qui alimente le moteur.

La puissance des ventilateurs thermiques n’est pas incroyable, mais ils sont totalement silencieux et sans danger (mon fils adore l’arrêter avec ses petits doigts, puis rigoler en le regardant repartir).

Certains modèles se posent directement sur ton poêle (idéal pour l’acier et la fonte), d’autres s’attachent au conduit d’évacuation des fumées (idéal pour les poêles couverts de pierres réfractaires ou faïence).

Astuce dans l’astuce : si tu as un poêle fermé (sans vitres), voir les pales du ventilateur tourner au ralenti est un excellent moyen de savoir quand tu dois remettre du bois.

Astuce 2 : Bien calibrer tes bûches

Les chambres de combustion des poêles ont une taille maximale, inutile d’essayer de faire entrer une bûche trop grande de force.

Et pour la plupart des modèles, il n’est pas possible de les faire fonctionner la porte ouverte.

Tu dois donc soigneusement calibrer tes bûches en fonction de la taille de la chambre de combustion de ton poêle.

buches poêle à bois

Chez moi par exemple, mes poêles ont des tailles de foyers différentes et j’adapte :

  • L15 cm H10 cm, pour ma cuisinière à bois ;
  • L30 cm H15 cm, pour mon poêle principal ;
  • L50 cm H20 cm, pour le poêle de mon bureau ;
  • Tout le reste, va dans la cheminée.

Je fais le tri en rangeant mon bûcher, ça me fait gagner du temps.

Astuce 3 : Installe un détecteur de fumée et achète un extincteur

Les poêles chauffent fort et un accident est vite arrivé (je te donnerai d’ailleurs une anecdote personnelle dans la 3e erreur…).

Plus qu’une astuce, c’est donc pour moi une obligation d’installer un détecteur de fumée au-dessus de ton poêle.

Pense également à placer un extincteur à quelques mètres de ton poêle, pas trop près pour pouvoir l’attraper sans risque en cas de départ de feu.

Ça ne te coûtera que quelques dizaines d’euros et en cas de problème, ça peut tout changer.

Astuce 4 : Réutilise ta cendre au jardin ou en lessive !

Si comme moi tu te chauffes uniquement avec un poêle à bois, tu vas vite te retrouver avec de grosses quantités de cendres…

cendres bois

Mais la cendre n’est pas juste un déchet encombrant, elle est très riche en potasse et tu peux la valoriser de plusieurs manières.

Après quelques recherches et expériences, j’ai conservé deux façons très efficaces de l’utiliser, pour :

  • Fertiliser mon jardin et ton potager, mais attention, pas plus d’une poignée par m2 et par an ;
  • Fabriquer une lessive maison, avec seulement des cendres et de l’eau, rien d’autre. Je te donne la recette plus bas.

Personnellement, même avec ces deux utilisations, il me reste énormément de cendre, alors je l’utilise comme remblais quand je fais des travaux de terrassement !

Après les astuces, voici les 3 erreurs à ne surtout pas faire avec tes poêles !

Erreur 1 : Brûler n’importe quoi dans les poêles à bois

Un bon poêle chauffe fort, très fort, il peut fonctionner avec à peu près n’importe quoi.

Mais ce n’est pas une raison pour mettre n’importe quoi dedans…

Tu me connais, je n’ai pas pu m’empêcher de faire pas mal d’expériences, foireuses pour la plupart…

Voici donc quelques exemples de combustibles que je ne te recommande pas : 

  • Des cartons compressés ;
  • Du bois encore vert, pas assez sec ;
  • Le mélange de sciure et de poussière que je récupère quand je nettoie mon établi ;
  • Les coins de bois reconstitués de palettes ;

Le résultat est quasiment toujours le même, une production de chaleur assez faible et un encrassement de la chambre de combustion.

Sauf pour les cartons compressés, qui ont enfumé toute ma maison malgré l’étanchéité de mon système et pour les coins de bois reconstitués de palettes, dont les clous ont bloqué le mécanisme de mon bac de récupération des cendres…

Bref, un poêle à bois c’est fait pour fonctionner avec des bûches de bois sec, point.

Erreur 2 : Ne pas entretenir ton poêle à bois

Pour entretenir ton poêle, tu n’as besoin de faire que deux choses :

  • Vider régulièrement les cendres ;
  • Ramoner le conduit d’évacuation des fumées ;

Ne rigole pas avec le ramonage, surtout si comme moi, tu utilises ton poêle tout l’hiver.

Si tu utilises ton poêle au quotidien, un ramonage annuel est indispensable, si c’est plus occasionnel tous les 2 ou 3 ans.

Un feu de cheminée puis un incendie de toiture est vite arrivé, parole de pompier volontaire.

Erreur 3 : Mettre des matières inflammables à proximité…

Ça peut paraître évident… tu t’es d’ailleurs sûrement dit, en lisant ce titre “Heu il me prend pour un con là Antoine ?”.

Mais même si on est conscient des risques, une bêtise est vite arrivée, avec potentiellement des conséquences dramatiques…

Je vais donner un exemple personnel.

Dans ma chambre d’amis, j’ai un superbe poêle avec un étendoir constitué de petites tiges en métal repliables (en rouge sur la photo).

poêle sechage

Quand il neige ou qu’il pleut dehors, la chaleur du poêle est idéale pour sécher un habit ou une serviette.

Mais la chaleur du poêle en fonte est tellement forte qu’il a mis le feu a une serviette.

Le pire dans tout ça, c’est que c’est arrivé deux fois à quelques mois d’intervalle !

Une fois avec beau père, une fois avec me femme.

Les deux m’ont dit “mais c’était à peine tiède quand j’ai mis la serviette, je ne pensais pas que…”.

Heureusement que j’avais installé un détecteur de fumée…

La leçon de cette histoire, c’est de ne prendre aucun risque, un incendie ça ne pardonne pas.

Après ce deuxième incendie de serviette j’ai démonté l’étendoir…

 

Prépare-toi !

 

Antoine,

Apprendre Préparer (Sur)vivre

S’abonner
Notification pour
guest

4 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Eynard Emma
17 jours il y a

Je veux annuler toute commande

Auxine
Auxine
1 mois il y a

bonjour Antoine,
je suis également interessée par connaitre une ou plusieurs marques de ventilateur qui vaille le coût 😉 et les espoirs mis dessus…

Antares
Antares
1 mois il y a

Merci beaucoup pour cet article de qualité ! J’ai cherché des ventilateurs thermiques pour poêle sur internet et je ne tombe que sur des avis négatifs indiquant que le ventilateur n’est pas assez puissant pour ventiler l’air dans la pièce, quand ce n’est pas des ventilateurs qui arrêtent de fonctionner au bout de quelques jours… bref, te faisant confiance, j’ose te demander quelle est la marque et le modèle que tu as acheté ?

Antares
Antares
1 mois il y a

Merci beaucoup pour cet article de qualité ! J’ai cherché des ventilateurs thermiques pour poêle sur internet et je ne tombe que sur des avis négatifs indiquant que le ventilateur n’est pas assez puissant pour ventiler l’air dans la pièce, quand ce n’est pas des ventilateurs qui arrêtent de fonctionner au bout de quelques jours… bref, te faisant confiance, j’ose te demander quelle est la marque et le modèle que tu as acheté ?

Plantes sauvages comestibles guide liste

LA LISTE ULTIME DES

5 PLANTES SAUVAGES COMESTIBLES

La nature, c’est mieux qu’un supermarché bio ! Les plantes sauvages : 

  • sont facilement reconnaissables quand on les connaît !
  • sont présentes partout en Europe
  • t’apportent tous les nutriments dont tu as besoin

Télécharge gratuitement ton dossier

@

J’accepte, en renseignant mon adresse email, d’être abonné(e) à la lettre gratuite Apprendre Préparer Survivre. Mon adresse email restera strictement confidentielle et ne sera jamais échangée. Je peux me désinscrire à tout moment.
Pour en savoir plus sur mes droits, je peux consulter la politique de confidentialité.